Réserver

Théâtre de l’Union

Durée : 1h15

À partir de 12 ans

mar. 25 mars

20h

mer. 26 mars

20h

jeu. 27 mars

19h

Distribution

Avec Chloée Sanchez, Zoé Lizot, Loïc Carcassès, Thomas Cordeiro, Azusa Takeuchi (en alternance avec Yumi Osanai)

Manipulateur scénique Vincent Debuire ou Louna Roizes

Dramaturgie et adaptation Marion Stoufflet

Direction d’acteur Stéphanie Farison

Regard extérieur Sarah Lascar

Création sonore Géraldine Foucault et Thibault Perriard

Oreille extérieure Pascal Charrier

Création lumière César Godefroy

Régie plateau et générale Max Potiron

Assistante régie Fiona Massaferro

Construction des marionnettes Arnaud Louski-Pane assisté de Vincent Debuire, d’Alma Roccella et Ninon Larroque

Assistants à la mise en scène Maxime Contrepois et Sayeh Sirvani

Fabrication des marionnettes de glace Vincent Debuire ou Louna Roizes

Construction d’objets animés Vincent Debuire et Élise Vigneron

Scénographie et construction Vincent Gadras

Costumes comédiens Juliette Coulon 

Costumes marionnettes Maya-Lune Thieblemont

Régie son Camille Frachet ou Alice Le Moigne

Régie lumière César Godefroy, Tatiana Carret ou Aurélien Beylier

Administration & développement Lucie Julien

Production & diffusion Lola Goret et Léonie Poloniato

Production

Production Théâtre de l’Entrouvert / Coproduction Théâtre Gymnase-Bernardines – Marseille, La Comète Scène Nationale de Châlons en Champagne, Pôle Arts de la Scène – Friche La Belle de mai – Marseille, Théâtre de Châtillon – Clamart – TCC, Le Manège, Scène Nationale – Reims, Nordland Visual Theatre – Îles Lofoten – Norvège, Théâtre Joliette – Scène Conventionnée Art et Création Expressions et Écritures Contemporaines de Marseille, Réseau Traverses – Aix-en-Provence, L’Espace Jéliote – Centre National de la Marionnette – Oloron-Sainte-Marie, Le Cratère – Scène Nationale – Alès, La Halle aux grains – Scène Nationale – Blois, Théâtre National de Nice – CDN, FACM – PIVO – Scène Conventionnée « Art en territoire » Eaubonne, Le Théâtre à la Coque – Centre National de la Marionnette – Hennebont, L’Odyssée – Scène Conventionnée – Périgueux, Théâtre du Bois de l’Aune – Aix-en-Provence, La Garance – Scène Nationale – Cavaillon / Avec le soutien de DGCA Ministère de la Culture, DRAC Provence Alpes Côte d’Azur, Région Sud, Conseil Départemental du Vaucluse, Ville d’Apt, ADAMI, SPEDIDAM, Espace Périphérique – Paris, La Villette, Le Tas de Sable, Chespanses vertes – Centre National de la Marionnette – Rivery, Théâtre des Quatre Saisons – Scène Conventionnée d’Intérêt National « Art et créatio n» – Gradignan, Institut International de la Marionnette, Centre Dramatique des Villages du Haut Vaucluse – Scène Conventionnée – Valréas, Théâtre La Passerelle – Scène Nationale – Gap et Alpes du Sud, Vélo Théâtre – Scène Conventionnée théâtre d’objet – Apt

D’APRÈS LES VAGUES DE VIRGINIA WOOLF
MISE EN SCÈNE ET SCÉNOGRAPHIE ÉLISE VIGNERON

Le roman polyphonique Les Vagues avec des marionnettes en glace : des voix traversent l’air tandis que des êtres fondent lentement… 

Les Vagues de la Britannique Virginia Woolf est un roman de 1931, qui met en écho les voix de plusieurs personnages. Proche d’un long poème en prose, il a toujours fasciné nombre de lecteurs et d’artistes. Sa narration se fait au rythme des vagues de l’océan tandis que des hommes et des femmes racontent leurs vies, faites de désirs et souvenirs évanescents. 

La metteuse en scène Élise Vigneron saisit à bras-le-corps la dimension sonore de ce roman… avec des êtres en train de disparaître. Des marionnettistes manipulent à vue des figures de glace à taille humaine, éprouvées par la chaleur naturelle du plateau. Chaque étape de leur vie se manifeste par un changement d’état du corps, de l’enfance à l’âge adulte. À l’image du temps qui passe, ces individus se racontent dans les monologues intensément poétiques de la romancière. Lentement, ils fondent et recouvrent le plateau d’une eau qui monte et signe leur disparition. Véritable performance scénique et technique, Les Vagues déplient un vocabulaire plastique et gestuel autour de la présence de l’eau.
Cette « relecture » du chef-d’oeuvre de Virginia Woolf est une fascinante expérience visuelle et sensorielle qui renouvelle avec bonheur la création marionnettique contemporaine. 

© Damien Bourletsis