Réserver

Théâtre de l’Union

Durée : 1h20

À partir de 12 ans

Spectacle présenté en coréalisation avec Les Francophonies - Des écritures à la scène / Spectacle en français et créole haïtien avec surtitrages en français

ven. 04 oct.

20h30

sam. 05 oct.

15h

Distribution

Avec Charline Jean Gilles, Amandine Saint Martin et Gaëlle Bien-Aimé

Scénographie Nathania Périclès

Création sonore David Duverseau

Création Lumière Alix Olivier

Production

Production Compagnie Actambule / Coproduction Les Francophonies – Des écritures à la scène, Théâtre de l’Union – CDN du Limousin / Avec le soutien de La Chartreuse Villeneuve-Lez-Avignon, Centre National des Écritures du Spectacle, Le Préau – CDN de Normandie-Vire

TEXTE ET MISE EN SCÈNE GAËLLE BIEN-AIMÉ

Une Haïtienne en exil écoute chaque jour la radio. De ces voix du monde surgit un fait-divers qui va tout changer…

Depuis son départ fracassant et soudain, Clermesine vit loin d’Haïti. Dans son appartement de Brooklyn, sa radio est branchée sur de multiples fréquences. Ce média continue d’être pour elle un outil de liberté. Un jour, une nouvelle horrible parvient aux oreilles de cette poétesse et militante. Une femme a été enlevée. Elle venait de suivre une rencontre littéraire en public où Clermesine était invitée. L’autrice se retrouve traversée de questions, qui vont de ses origines à son désir d’insertion dans ce nouveau pays qui l’accueille. Parviendra-t-elle à se mettre en chemin vers une vie nouvelle ? 

Face à tant de folie, elle choisit la seule parole possible : la poésie. Interprété par une comédienne et une danseuse, le personnage de Gaëlle Bien-Aimé raconte la puissance des ondes radiophoniques dans son pays d’origine et ce besoin, loin de chez soi, de rester connectée aux voix les plus diverses. Avec Aimer en stéréo, l’autrice et metteuse en scène haïtienne délivre une pièce fulgurante. À travers un subtil dispositif sonore, elle nous fait toucher la douleur d’une blessure. Au coeur de l’exil, la puissance de cette oeuvre dramatique impose le désir d’une résilience, pour se reconstruire. Venez découvrir un « poème- éternité » en mémoire d’Haïti.

© Pye Lila, Naskdemini