<< Nov 2014 >>
MTWTFSS
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Oncle Vania

Théâtre

9 au 17 décembre

Théâtre de l’Union

mar. 9 déc. (20h30),

mer. 10 déc. (20h30),

jeu. 11 déc. (19h),

ven. 12 déc. (20h30),

sam. 13 déc. (20h30),

mar. 16 déc. (20h30),

mer. 17 déc. (20h30)

Durée estimée 1h40


vania.jpg

D’Anton Tchekhov

mise en scène Pierre Pradinas

Avec Romane Bohringer, Scali Delpeyrat, Jeanne Ferron,Thierry Gimenez,Martine Irzenski, Aliénor Marcadé-Séchan, Gabor Rassov, Matthieu Rozé et Vladimir Barbera


Vania vit à la campagne avec sa mère et sa nièce Sonia. Le retour de son beau-frère, le vieux professeur Serebriakov et de sa jeune et jolie épouse Éléna va bouleverser leur vie quotidienne, jusqu’alors simple et laborieuse. Il exacerbe les regrets, les rancoeurs... et les désirs. Tchekhov excelle à peindre à la manière impressionniste des comportements qui sont encore les nôtres. Sa modernité est dans la mise en évidence de ces micro-comportements, de ces détails incongrus dont nous sommes coutumiers et qui nous révèlent. Tous les personnages de cette famille recomposée cherchent l’amour ou la compassion, aucun ne parvient à ses fins. Ils incarnent la condition humaine. Il y a l’argent, l’ambition déçue, la tromperie, l’amertume, la mort. Il y a aussi l’humour. Car si l’histoire est tragique, les instants qui la composent peuvent être drôles. Pour Pierre Pradinas, il faut pour cela des comédiens passionnés par la nuance, car seule la nuance peut révéler la comédie dans le drame.


Production Théâtre de l’Union, Centre Dramatique National du Limousin / Bonlieu, scène nationale d’Annecy / Comédie de Caen, Centre Dramatique National de Normandie / La Comédie de Picardie / Compagnie du Chapeau Rouge



pdf Télécharger le dossier de presse


 
Mexican Corner

Danse

14 au 16 janvier

Centre Culturel Jean Moulin

mer. 14 janv. (20h30),

jeu. 15 janv. (20h30),

ven. 16 janv. (20h30)

Durée 1h


Chorégraphie Franck Micheletti, Aladino Rivera Blanca


Avec Idio Chichava, Frank Micheletti, Aladino Rivera Blanca


Mexican corner est une plongée au coeur des violences qui secouent la société mexicaine. Les cartels mexicains sont les plus puissants au monde et font régner une guerre civile qui ne dit pas son nom. Pour les criminels, les corps des victimes ne sont que des supports à « narco-messages ». Leurs scènes de crime suscitent la peur. Se pourrait-il que ce qui arrive au Mexique soit le laboratoire de

l’essor du capitalisme mafieux ? C’est un regard sur la face obscure de la mondialisation et son tropisme criminel que nous propose ce spectacle. Pendant leur résidence au Mexique, des interviews et des témoignages ont été enregistrés par les auteurs et ont été utilisés dans la création sonore. La pièce propose au public une implication très directe des corpsqui se rejettent ou se lovent dans une réalité hors norme, celle où des existences sont mises en péril. Elle crée par une approche transversale (danse, vidéo, son) un rapport de proximité et d’intimité qui permet une immersion et accentue la vulnérabilité aux réalités évoquées.


Spectacle co-accueilli avec les Centres Culturels - scène conventionnée pour la danse - Ville de Limoges dans le cadre des Itinéraires chorégraphiques 2014 / 2015


Production Kubilai Khan investigations – Inside the body / Coproduction Théâtre Paul Eluard de Bezons / CONACULTA / SEP : Beneficio a Proyectos de Producción Nacional (Mexique) / Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne / Compagnie Käfig dans le cadre de l’Accueil Studio / Centro de las artes de San Luis Potosí / Avec le soutien de EPRODANZA via A poc A poc / Physical Momentum project


 
Idéal club

Théâtre

22 & 23 janvier

Centre Culturel

Jean Moulin

jeu. 22 janv. (19h),

ven. 23 janv. (20h30)

Durée 2h50 avec entracte


 

Écriture collective sous la direction de Philippe Nicolle

mise en scène Philippe Nicolle

Avec Kamel Abdessadok, Christophe Arnulf, Sébastien Bacquias, Servane Deschamps, Pierre Dumur, Aymeric Descharrières, Olivier Dureuil, Florence 

Nicolle, Philippe Nicolle, Daniel Scalliet


Réunis autour du maître de cérémonie, le metteur en scène Philippe Nicolle himself, une dizaine de comédiens musiciens cogitent divers numéros qui formeraient le show parfait. Il y a des cow-boys qui jouent de la flûte à bec, une femme qui tente d’interpréter Fever pendant que son batteur pète les plombs, un ventriloque qui profite de sa marionnette pour balancer les pires horreurs sur ses comparses, deux acrobates qui font du trapèze sans trapèze, un humoriste qui ne fait rire personne avec ses blagues sur la sphère économique... Chaque numéro est l’occasion de s’amuser des clichés de notre époque. Accompagnée de quatre musiciens jazz-rock, la troupe des 26 000 couverts, qui s’est imposée comme l’une des plus créatives du théâtre de rue, laisse libre cours à son sens de l’absurde et de la dérision. Ici on est dans le culte de la non performance. Un cabaret déjanté, inventif et sensible. Une oeuvre brute, drôle, moderne, fourmillante qui se fait et se défait sous nos yeux. Un spectacle qui rend heureux créé par un collectif qui rêve et s’amuse.


Spectacle co-accueilli avec les Centres Culturels de la Ville de Limoges

Production 26000 couverts / Coproduction l’Atelier 231 / Sotteville-les-Rouen (76) / le Parapluie, Aurillac (15) / le Channel Scène nationale de Calais (62) / Chalon dans la Rue, Chalon sur Saône (71) / Les Ateliers Frappaz, Villeurbanne (69) / Avec le soutien du Ministère de la Culture – Drac Bourgogne / de la Ville de Dijon / du Conseil Régional de Bourgogne / de l’Adami / de la Spedidam

Jacques et Mylène, de Gabor Rassov, a été présenté en 2011 par les 26 000 couverts. Philippe Nicolle y interprétait le rôle de Jacques.

 

 
Un été à Osage county

Théâtre

27 au 29 janvier

Théâtre de l’Union

mar. 27 janv. (20h30),

mer. 28 janv. (20h30),

jeu. 29 janv. (19h)

Durée estimée 2h45

avec entracte


 

De Tracy Letts

mise en scène Dominique Pitoiset

 

avec (en cours) Annie Mercier, Nadia Fabrizio, Daniel Martin, Dominique Pitoiset, Anne-Pascale Clairembourg, Anne Benoît, Valérie Lemaître, Cathy Min Jung, Jean-François Lapalus, Nicolas Luçon, Marc Prin, Itto Mehdaoui

Par une chaude nuit d’été, la famille Weston se réunit dans la maison familiale à l’occasion de la disparition du patriarche. Autour de Violet Weston, femme acerbe rongée par la drogue et la maladie, gravitent plusieurs générations de femmes avec qui elle entretient des relations où se mêlent amour et haine. Le moment est venu de révéler des secrets trop longtemps gardés. C’est l’histoire de toute une famille, une histoire faite de tensions, de silences, d’inconscient collectif et de rivalités inavouées. Ce mélange de tragédie épique et de comédie noire fait penser autant à la pièce de Tchekhov Les trois soeurs qu’au film Festen de Thomas Vintenberg. Un été à Osage county parle de rêves déchus, ceux de chacun des personnages, mais aussi, le grand, celui censé les réunir tous, le fameux rêve américain et ses fiers idéaux : « la vie, la liberté et la poursuite du bonheur ».


Production Bonlieu Scène nationale Annecy / Cie Pitoiset - Dijon coproduction Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Théâtre de Liège – Centre Dramatique de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Centre européen de création théâtrale et chorégraphique, Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine

 

 
D’après une histoire vraie


 

Danse

3 & 4 février

Théâtre de l’Union

mar. 3 fév. (20h30),

mer. 4 fév. (20h30)

Durée 1h10


 

Conception, chorégraphie, scénographie et costumes Christian Rizzo

Avec Fabien Almakiewicz, Yaïr Barelli, Massimo Fusco, Miguel Garcia Llorens, Pep Garrigues, Kerem Gelebek, Filipe Lourenço, Roberto Martínez, musique originale et interprétation Didier Ambact et King Q4


Dans son nouveau spectacle pour huit danseurs et deux musiciens, Christian Rizzo pratique une danse qui se joue des catégories « populaires » et « contemporaines ». Une danse qui prend appui sur des souvenirs, des pratiques folkloriques qui se frictionnent avec le goût du chorégraphe pour la chute et le toucher. Une danse qui n’appartient à aucun territoire ou groupe déterminé et qui permet d’être ensemble. À coups de rondes, de pas de bourrée à droite, de ruades à gauche, les danseurs nous entraînent dans une « rave rock néo tradi ». Et quand les deux batteurs déchargent des rafales de percussions qui prennent les tripes et les retournent, l’affaire est dans le sac. Place au plaisir et à l’explosion physique, c’est la jouissance d’être en vie, celle d’être ensemble momentanément, l’excitation viscérale de la danse qui priment et l’emportent.


Spectacle co-accueilli avec les Centres Culturels - scène conventionnée pour la danse - Ville de Limoges dans le cadre des Itinéraires chorégraphiques 2014 / 2015


Production l’association fragile / Coproduction Théâtre de la Ville - Paris / Festival d’Avignon / Opéra de Lille / Centre de Développement Chorégraphique de Toulouse - Midi-Pyrénées / La Ménagerie de verre - Paris / La Filature, scène nationale - Mulhouse / L’apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise / Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape / Avec le soutien du conseil régional Nord-Pas-de-Calais, de la convention Institut Français et la ville de Lille, de l’association Beaumarchais - SACD et de l’Institut Français dans le cadre du fond de production circles / Avec l’aide du Phénix scène nationale Valenciennes

 

 
Le vol suspendu (une pièce acrobatique autour de Faust)

Théâtre & cirque

12 & 13 février

Théâtre de l’Union

jeu. 12 fév. (19h),

ven. 13 fév. (20h30)

Durée 1h


 

mise en scène Anton Kouznetsov & Véra Ermakova

Avec Émilie Plouzennec, Maxim Pervakov, Jonas Leclere (acrobate aérien), Revaz Matchabeli (violoncelliste)


Inspirée par le mythe de Faust, Le vol suspendu interroge les incohérences de la condition humaine écartelée entre plaisirs immédiats et aspirations profondes. Elle peint la violence des jeux de pouvoir qui s’exercent sur les corps en proie à la révolte et au désir. Et tente de comprendre ce qui pousse l’homme vers le chemin de la destruction et du crime. Que nous reste-t-il comme échappatoire ? Quels autres choix s’offrent à nous ? Cette création mêle les portés acrobatiques, les sangles aériennes et joue de l’interaction entre ces deux spécialités. Elle s’articule autour de la rencontre de trois acrobates et d’un violoncelliste.


Production Compagnie Est Ouest / Coproduction Théâtre de l’Union, Centre Dramatique National du Limousin / Le Carré Magique, Pôle National des Arts du Cirque en Bretagne / Le Centre Régional des Arts du Cirque de Lomme / La Verrerie d’Alès en Cévennes, Pôle National des Arts du Cirque en Languedoc-Roussillon / La cité du cirque, Le Mans / L’Atelier Culturel, Scène de Territoire Arts de la Piste (Landerneau) / Centre Culturel Le Triskell (Pont-L’Abbé) / Cirque Jules Verne, Pôle National des Arts du Cirque et de la Rue en Picardie / La Batoude, Centre des Arts du Cirque et de la Rue (Beauvais) / La compagnie bénéficie de l’aide à la création de la DRAC Bretagne, de l’aide à la mobilité internationale de l’Institut Français et de la région Bretagne, et du Ministère de la Culture et de la Communication (DGCA)

• Maxim Pervakov et Émilie Plouzennec ont conçu et réglé les portés acrobatiques exécutés par les comédiens de la Séquence 7 de l’Académie dans Les Décembristes, Saint-Pétersbourg 1825 créé à l’Union en 2013.

• Anton Kouznetsov a accompagné le processus de création de ce spectacle de 2009 à 2013.

 

 
Le malade imaginaire

Théâtre

16 & 17 fév.

Théâtre de l’Union

lun. 16 fév. (20h30),

mar. 17 fév. (20h30)

Durée estimée 1h45


 

De Molière

mise en scène Michel Didym

Avec Jean-Claude Durand, Philippe Faure, Norah Krief et Agnès Sourdillon (en alternance), André Marcon, Catherine Matisse, Bruno Ricci (distribution en cours) & les musiciens Flavien Gaudon et Philippe Thibault


L’hypocondriaque Argan projette de marier sa fille Angélique avec Thomas Diafoirus, neveu de son médecin M. Purgon et médecin lui-même. Il envisage aussi de déshériter sa fille au profit de Béline, épousée en secondes noces. La servante d’Argan, Toinette, convainc celui-ci de simuler la mort. Son but est double : dévoiler la cupidité de Béline et empêcher le mariage forcé d’Angélique. Tuberculeux et dépressif, Molière a pu mesurer combien l’action des médecins était un pur cérémonial masquant les comportements les plus rétrogrades et les superstitions les plus crasses (la médecine officielle affirme alors que le sang ne circule pas). Il invente pour les dénoncer un théâtre du corps plein d’humeurs et de gaz. Dans une époque qui se distingue par le triomphe de la fausseté, il exige la vérité. Médecin de l’âme, il nous guérit par le rire. Nourri de son expérience personnelle de fréquentation des médecins, Michel Didym délaisse pour une fois les textes contemporains pour s’attaquer à ce qu’il considère comme l’aboutissement de l’oeuvre de Molière.


Production Centre Dramatique National Nancy - Lorraine, Théâtre de la Manufacture / Coproduction TNS - Théâtre National de Strasbourg / Théâtre de Liège / Théâtre des Célestins de Lyon

• Le Théâtre de l’Union suit de près le travail de Michel Didym dont nous avons accueilli plusieurs pièces. Parmi les plus récentes : Face de cuillère, Le mardi à Monoprix, Le tigrebleu de l’Euphrate, J’avais un beau ballon rouge, Savoir-vivre…

 

 
La Dame aux camélias

Théâtre

10 au 12 mars

Théâtre de l’Union

mar. 10 mars (20h30),

mer. 11 mars (20h30),

jeu. 12 mars (19h) + carte blanche

Durée estimée 1h30


 

D’Alexandre Dumas fils

mise en scène Philippe Labonne

Avec Karelle Prugnaud, Nadine Béchade, Paul Éguisier, Yann Karaquillo, Julien Michelet


La Dame aux camélias raconte les amours aussi mélodramatiques qu’éternelles d’Armand Duval et de la belle courtisane Marguerite Gauthier. Philippe Labonne travaille essentiellement avec sa compagnie sur la relecture de pièces du répertoire. Ici, il a choisi d’adapter lui-même le célèbre roman plutôt que de monter la pièce

que Dumas fils en avait tirée. Pour le metteur en scène, ce mélodrame inspiré à Dumas fils par sa propre aventure avec Marie Duplessis est beaucoup plus un témoignage qu’une oeuvre d’imagination. Et ça lui donne cette force singulière qui lui permet d’être encore passionnant aujourd’hui. D’ailleurs, de toute l’oeuvre de Dumas fils c’est La Dame aux camélias, premier roman écrit à 24 ans, que la postérité a retenu.


Production Théâtre en Diagonale / Coproduction Théâtre de l’Union, Centre Dramatique National du Limousin / La Scène Nationale de Dieppe / Théâtre du Cloître - Scène Conventionnée de Bellac / La Fabrique - Scène Conventionnée de Guéret / Centre Culturel Yves Furet - La Souterraine / Avec l’aide de la DRAC Limousin, du Conseil Régional du Limousin et de la Ville de Limoges. Ce projet bénéficie du dispositif d’aide à la coproduction de la Région Limousin.

• Co-fondateur de la compagnie Le Théâtre en diagonale, implantée en Limousin, Philippe Labonne a mis en scène Lucrèce Borgia présenté à l’Union en 2011 ainsi que Le dernier jour d’un condamné de Victor Hugo.

• Exposition du duo d’artistes franco-italien Stella Goldschmit présentée à la galerie du Théâtre de l’Union. Ce duo réalise également la création vidéo de ce spectacle.

 

 
Ménélas rébétiko rapsodie

Théâtre

19 & 20 mars

Théâtre de l’Union

jeu. 19 mars (19h),

ven. 20 mars (20h30)

Durée 1h20

 

De Simon Abkarian

Avec Simon Abkarian, Grigoris Vasilas (chant et bouzouki) et Giannis Evangelou (guitare)


Hélène quitte Ménélas pour Pâris, la guerre de Troie va avoir lieu. Ménélas qui souffre les affres de l’amour déçu, nous confie son désespoir.

Avec sa langue dense et ardue, sa poésie qui ne craint ni le lyrique ni le trivial, Simon Abkarian remet au centre le verbe, sans artifices. Une table, trois chaises, un acteur (Simon Abkarian, magistral) et deux musiciens qui jouent le rébétiko. Ce blues oriental, dernier sursaut de la tragédie grecque, qui chante les amours perdues, les trahisons, les crimes d’honneur et l’alcool.


Production Tera et Le K Samka / Coproduction Le Grand Parquet / Les Métamorphoses Singulières / Avec l’aide de la Spedidam

• Le texte est publié aux éditions actes-Sud papiers (2012). La pièce a été nommée aux Molières 2014 dans la catégorie «théâtre musical».

• L’Union a présenté les deux premiers volets de la saga de Simon Abkarian Pénélope ô Pénélope en 2010 et Le dernier jour du jeûne en 2014.

 

 
Lebensraum

Théâtre

24 & 25 mars

Théâtre de l’Union

mar. 24 mars (20h30),

mer. 25 mars (20h30)

Durée 1h05

De Jakop Ahlbom

Avec Silke Hundertmark, Yannick Greweldinger ou Jakop Ahlbom, Reinier Schimmel et les musiciens Leonard Lucieer, Ralph Mulder ou Empee Holwerda du groupe Alamo Race Track


Deux personnages vivent dans un appartement machine. Tout y est réglé au millimètre jusqu’à ce qu’ils créent une femme-objet. Sitôt née, elle sape leur système et introduit dans leur univers millimétré et sur-organisé une énorme bousculade. Le petit appartement devient alors la scène d’invraisemblables courses-poursuites et d’acrobaties rocambolesques.

Le créateur Jakop Ahlbom apporte la magie du cinéma muet sur un plateau de théâtre. Deux hommes, une femme-objet de ménage, deux musiciens et un décor vivant, ce spectacle visuel infernal, digne de Buster Keaton, est une succession de moments burlesques aussi déconcertants que drôles. Il fait appel au mime, à l’acrobatie, à l’illusionnisme et à la danse. Ses acteurs semblent avoir la même plasticité que les objets qui les entourent. Accompagnés par les musiciens du groupe Alamo Race Track camouflés dans la tapisserie, ils nous emportent dans un monde merveilleux. Celui-ci a une cohérence propre, étrangère à la logique et cependant révélateur d’un certain état de notre condition.


Spectacle co-accueilli avec les Centres Culturels de la Ville de Limoges

Diffusion Drôles de Dames en accord avec Global Performing Arts Group (GPAG) et Stichting Pels / Jakop Ahlbom / Avec le soutien de la ville d’Amsterdam et du Performing Art Fund NL.

• Jakop Ahlbom, interprète, chorégraphe et metteur en scène, est né à Stockholm. Il a étudié le mime à la Theaterschool Arts d’Amsterdam.

 
Sacré printemps !

Concert théâtral

8 au 10 avril

Théâtre de l’Union

mer. 8 avril (20h30),

jeu. 9 avril (14h rep. scol. & 19h rep. tout public),

ven. 10 avril (10h30 et 14h30 rep. scol.)

Durée 50 minutes

à partir de 10 ans


 

Texte & mise en scène Nathalie Fillion

Le Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky version pour un piano, quatre mains, et une récitante

Avec Estelle Meyer (récitante), Jean-Sébastien Dureau & Vincent Planès (pianistes)


Par le frottement des mots, des accords et des notes, dans une langue faite de sons et d’images, se crée le tableau sonore et impressionniste de la naissance d’un printemps fracassant : Chaos ! Vacarme ! Dégel ! Débacle ! Ce concert tout public est né d’une commande de Radio France. Tout naturellement est venue l’envie d’emmener dans les théâtres cette oeuvre magistrale, musicalement puissante et ici si légère dans sa forme, pour l’offrir aux enfants et à leurs parents, encore et

encore… Conduire par les oreilles sur le chemin qui mène à l’oeuvre et la laisser parler ici et maintenant.


Production Théâtre du Baldaquin / Remerciements au Théâtre Le Préau, Centre Dramatique Régional de Vire, Basse Normandie / Diffusion - Scène2- Séverine André

Liebaut

• Auteure, metteure en scène et membre de la Coopérative d’écriture, Nathalie Fillion a coordonné l’organisation du Bal littéraire et du Dortoir présentés à l’Union la saison dernière. Elle a également écrit et mis en scène Leçon de choses, présenté en décentralisation dans des écoles de la région.

 

 
Artuan de Lierrée


 

musique

14 avril

Théâtre de l’Union

mar. 14 avril (20h30)

Spectacle en abonnement sauf Pass Union libre

Avec Aurélien Terrade (piano, guitares, claviers, instruments jouets), Simon Bessaguet (cor d’harmonie, basse électrique), Thibault Chaumeil (clarinette, percussions), Thomas Delpérié (batterie, percussions)

 

Programme : transcriptions pour pianos, vents, piano jouet, instruments électriques et percussions d’oeuvres de Tchaïkovski, Saint-Saëns, Ravel, Bartók.


Concert Envol

1001 notes offre au pianiste compositeur Aurélien Terrade l’occasion de prendre son envol avec son groupe Artuan de Lierrée. L’idée de ce concert est de reprendre des oeuvres et de les actualiser en utilisant un choix d’instrumentations atypiques : instruments jouets, instruments électriques, percussions, afin de donner une nouvelle couleur et un nouvel éclairage à ces pièces bien connues. Une musique tout en contrastes, qui puise ses influences dans l’ancien (Debussy, Satie, Kurt Weil), comme dans l’actuel (Ennio Morricone, Marc Ribot, Tom Waits).

Aurélien Terrade s’entoure de Simon Bessaguet, de Thibault Chaumeil, et de Thomas Delpérié pour déconstruire et reconstruire ces compositions dans un spectacle en perpétuelle évolution, ouvert aux expérimentations sonores et à l’improvisation.


Spectacle co-accueilli avec 1001 notes et la Fondation la Borie en Limousin

 
Liliom

Théâtre

21 au 23 avril

Théâtre de l’Union

mar. 21 avril (20h30),

mer. 22 avril (20h30),

jeu. 23 avril (19h)

Durée estimée 2h


 

De Ferenc Molnar

mise en scène Jean Bellorini

traduction Kristina Rády, Alexis Moati, Stratis Vouyoucas

Avec Clara Mayer, Delphine Cottu, Hugo Sablic, Jacques Hadjaje, Sébastien Trouvé, Julien Bouanich, Amandine Calsat, Damien Vigouroux, Marc Plas, Julien Cigana, Teddy Melis, Lidwine de Royer Dupré


Bonimenteur de foire, Liliom est un voyou et un séducteur. Un jour, il rencontre Julie, petite bonne au coeur d’or. Elle tombe enceinte, il accepte de participer à un casse, le casse tourne mal, Liliom se suicide... et monte au ciel où il est arrêté par la police céleste et condamné à 16 ans de purgatoire. De là-haut, il voit sa fille naître et dès lors il n’a plus qu’un rêve : redescendre sur terre pour s’en occuper.

L’univers musical et joyeux de la fête foraine sera « le liant », emmenant les spectateurs dans cette histoire naïve et violente. C’est que le metteur en scène considère que le théâtre, art du présent et de l’éphémère, doit être une fête. Une fête joyeuse où l’on peut entendre tout, y compris les drames les plus graves. Une fête où la parole et la musique sont étroitement liées.


Production Théâtre Gérard Philipe - Centre Dramatique National de Saint-Denis / Coproduction Compagnie Air de Lune / Printemps des comédiens - Montpellier /

Odéon - Théâtre de l’Europe / Théâtre des Quartiers d’Ivry / La Criée - Théâtre national de Marseille / Avec l’aide de L’ADAMI et de la SPEDIDAM avec la collaboration du Bureau Formart


• Le Théâtre de l’Union a reçu en 2012 Paroles gelées (Molière du théâtre public 2014), spectacle mis en scène par Jean Bellorini d’après Le Quart livre de Rabelais.

 

 
Sophocle

 

ACAD.jpg

Théâtre

12 & 13 mai

Théâtre de l’Union

mar. 12 mai (20h30),

mer. 13 mai (20h30)


Représentation supplémentaire ! mar. 12 mai (14h15) séance ouverte au tout public et aux scolaires


Durée estimée 1h30

Tarif 5 euros

entrée libre pour les abonnés


 

D’après l’oeuvre de Sophocle 

mise en scène Magali Léris

Avec les comédiens de l’Académie Séquence 8 Hélène Bertrand, Lara Boric, Jeanne Fremy, Robin Gros, Antoine Guyomarc’h, Marie Jarnoux, Sophie Lewisch,

Ali Lounis Wallace, Paul-Frédéric Manolis, Florentin Martinez, Carole Maurice, Raphaël Mena, Erwann Mozet, Pélagie Papillon, Charles Pommel, Lorine Wolff


Le rêve de Magali Léris est de mettre en scène de larges extraits d’OEdipe, Antigone, Électre et que l’acteur soit au centre du plateau. Sophocle raconte des histoires de familles mythiques où les relations humaines côtoient le monde des idées. La réflexion politique et métaphysique lutte avec les sentiments. La langue est vivante, faite de beaucoup de joutes oratoires. C’est un théâtre très physique, on y transpire. Sophocle, c’est le dramaturge de la pensée en mouvement. Les seize étudiants de l’Académie pourront prendre à bras le corps ces personnages immenses, les Clytemnestre, Oreste, Antigone, Électre, OEdipe... Ils vont les approcher, les faire vivre, les incarner.


Production L’Académie, École Supérieure Professionnelle de Théâtre du Limousin / Coproduction Théâtre de l’Union, Centre Dramatique National du Limousin /

Théâtre de Cachan, Jacques Carat

 
Vanessa Wagner & Thibault Lebrun

musique classique

20 mai

Théâtre de l’Union

mer. 20 mai (20h30)

Spectacle en abonnement sauf Pass Union libre


 

Le maître et l’élève

Le projet de l’association 1001 notes est simple : un artiste de renom accompagne un jeune talent. Ici, la pianiste Vanessa Wagner, qui a reçu de nombreuses récompenses, transmet son expérience au jeune pianiste virtuose Thibault Lebrun à travers ce programme où l’on pourra entendre notamment Au matin de Grieg, des extraits des danses slaves de Dvorak, mais aussi Lebensstürme de Schubert et L’hymne de l’enfant au réveil de Liszt.


Spectacle co-accueilli avec 1001 notes et la Fondation la Borie en Limousin