La capitainerie des langues

 

La Capitainerie des Langues  est un espace dédié à l’écriture poétique.
Des poètes comme Christian Prigent, Valère Novarina y ont par exemple été conviés depuis sa création en 2015.
Ces rencontres auront lieu en présence de Jean Lambert-wild, directeur du CDN et avec le concours des comédiens de l’Académie de l’Union.

 

Rendez-vous en entrée gratuite / réservation conseillée au 05 55 79 90 00

 

Jeudi 19 octobre 2017  (19h) / Muriel Mingau


La Capitainerie des Langues invite Muriel Mingau pour une rencontre-lecture autour de ses différents recueils de poésie et en présence de Marc Petit.

Ce sculpteur et l’une de ses créations ont inspiré les textes de son tout dernier ouvrage, Marc Petit dans le secret d’une œuvre, publié chez Les Ardents Editeurs (2017). Ce beau livre est un dialogue entre sculpture et poésie.

Un thème guide toujours l’écriture de Muriel Mingau, sachant qu’un livre portent aussi en germe le suivant. Ses textes peuvent naître de la vie quotidienne, de voyages réels ou fantasmés, de ses racines multiples, d’une porosité au monde comme il va.
Elle aspire à une forme de simplicité, fausse peut-être, mais avec le désir de partager une poésie dans laquelle il serait possible d’entrer de plain-pied, comme si elle était chose naturelle, ce qui est faux bien sûr, mais elle aime en cultiver l’illusion. Ce faux naturel est la musique des mots qui l’enchantent et la traversent, en réponse à la pulsation du vivant.

Elle a publié au Bruit des Autres : La Fête est finie (2006), Paradis à perdre (2008), Parsipeu et autres poèmes-pommes (2011).
Elle est aussi auteure d’ouvrages pour la jeunesse, Au Creux de la Noisette (Milan, 2005, traduit au Japon et au Brésil), La Naissance d’Uluru (Planète Rêvée, 2011).
 

NOS PROCHAINS RENDEZ-VOUS :

Mardi 21 novembre 2017 (19h) / Emmanuel Adely


Emmanuel Adely, né à Paris en 1962, est un écrivain singulier.
Dans la lignée de Valère Novarina ou de Christian Prigent qui l’ont précédé ici, il se méfie des mots.
Il se méfie des mots qui ne seraient bons qu’à nous raconter des histoires plus ou moins vraies, plus ou moins fausses.
Il se méfie des mots à qui l’on demande de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
En ces temps où se brouillent les frontières entre le réel et la fiction, où tous les mots seraient égaux, voilà un écrivain qui traque les mots pour leur faire rendre leur vérité, qui les retourne dans tous les sens pour espérer lever un coin du voile sur le réel qui sans cesse se dérobe.
Et, finalement, qu’est-ce qui résiste à « l’absolue fiction des mots » ?
Pas grand-chose.
L’amour peut-être.

Par son travail exigeant, Emmanuel Adely est un de ces écrivains qui forgent dans l’ombre le destin d’une littérature et d’une langue.

La Capitainerie des langues vous invite à faire plus ample connaissance avec cet écrivain assez rare qui a pourtant déjà publié une vingtaine d’ouvrages et de très nombreux textes.
Venez écouter l’auteur lire « La très bouleversante confession de l’homme qui a abattu le plus grand fils de pute que la terre ait porté » (Ed. Actes Sud) puis le questionner et échanger avec lui.

 

Quelques titres :

  • Je paie, Inculte, 2016
  • J’achète, Inventaire/Invention, 2007
  • Sommes, Argol, 2009
  • Genèse, Seuil, 2008
  • Mad about the boy, Joelle Losfeld, 2004
  • Mon amour, Joelle Losfeld, 2005
  • Fanfare, Stock, 2002
  • Jeanne, Jeanne, Jeanne, Stock, 2000

 

 

Vendredi 1er décembre 2017 (19h) / Jean Lambert-wild et Marc Goldberg

 

Consultez toutes les infos sur Jean Lambert-wild : http://lambert-wild.com/fr/jlw-et-associes/jean-lambert-wild


Installé à Singapour depuis bientôt cinq ans, Marc Goldberg y poursuit un chemin théâtral commencé avec la compagnie des Théâtrophages, où il fait ses débuts sur scène et qui monte sa première pièce, Les Rendez-vous.
Auteur, traducteur, metteur en scène et comédien, il fonde ensuite sa compagnie, Le Dive Théâtre, avec laquelle il crée des spectacles aussi variés que des farces du Moyen Age, une version scénique du Trans-Atlantique de Gombrowicz, une oulipopérette intitulée Carmen et Luis, A Woman of Mystery de John Cassavetes avec Myriam Boyer dans le rôle titre, ou une fantaisie inspirée par l'Anthologie de l'Humour Noir d'André Breton.
Ses questionnements et ses désirs le mènent en Asie, à Singapour, où il crée une nouvelle compagnie Thyrsos, véhicule de nombreux projets parmi lesquels la première mise en scène en français de pièces singapouriennes pour la saison de Singapour en France, ou la co-production du Clown des Marais avec le Théâtre l'Union, Lasalle School of the Arts et 72-13 pour le festival Voilah !, première collaboration avec Jean Lambert-wild et début d'un compagnonnage prolifique.
Il est l'auteur de La Colonne de Frickstein, sélectionnée par le comité des lecteurs de la Comédie-Française puis publiée aux Editions Les Cygnes, et de nombreuses traductions parmi lesquellesWomen of Troy de Mark Ravenhill, texte créé par Jean-Pierre Vincent dans le spectacle War and Breakfast puis publié aux Solitaires Intempestif, ainsi que plusieurs textes de Jean Lambert-wild, créés en anglais à Singapour.
 


Jeudi 25 janvier 2018 (19h) / Fabrice Caravaca

 

Fabrice Caravaca est né en 1977 en Dordogne. Son travail  interroge les interactions entre la langue et le corps, entre l'homme et son environnement dans une approche tissant des liens avec le lyrisme. 
Il publie en revue et participe à des lectures publiques. Il vit actuellement à Limoges où il anime les éditions Dernier Télégramme.

Bibliographie :

Morcellement de je ne sais quoi de coloré, Atelier de l'agneau, 2007
La Vie, Les Fondeurs de briques, 2010
Le Poulpe, Le Cadran ligné, 2010
Un corps contre la terre, Les Vanneaux, 2010
Un homme seul marche, illustrations Claire Hemery, Les éditions du soir au matin, 2010
Somos Cosmos, avec des dessins d'Olivier Orus et de Serge Pey, Les éditions du soir au matin, 2012
La falaise, Æncrages  & Co, 2014
les vaches dansent, Musée et Jardins Cécile Sabourdy, 2017
mon nom, Plaine Page, 2017

 

 

Mardi 6 mars 2018 (19h) / Anne Sibran


Anne Sibran est née le 3 février 1963 en France de parents Pieds-noirs fraîchement exilés, mère d'origine grecque, père d'origine irlandaise.
Elle en gardera toujours une fascination pour les cultures de la Méditerranée (et d'ailleurs).
Après des études d'ethnologie à l'université de Paris X à Nanterre, Anne Sibran se tourne vers l'écriture avec un roman ("Bleu Figuier" chez Grasset) et la bande dessinée.
Son scénario du "Quartier évanoui" pour Tronchet, chez Glénat en 1994, traite du thème de personnes âgées expropriées de leur quartier et qui luttent malgré tout.
C'est une thématique assez semblable, mais nettement plus exotique, qu'elle va développer pour Emmanuel Lepage dans "La Terre sans mal" pour la prestigieuse collection "Aire Libre" des éditions Dupuis en 1999.

Source : http://www.bedetheque.com

 


Jeudi 29 mars 2018 (19h) / Marie-Noëlle Agniau & Laurent Bourdelas

 

Marie-Noëlle Agniau, née à Verdun en 1973, vit en Limousin depuis une vingtaine d’années, enseigne la philosophie et écrit. La poésie est pour elle une manière d’engager l’existence et de faire partager l’expérience du rythme. Fidèle à la publication en revue, elle publie chez divers éditeurs, notamment L’arbre à paroles et La Porte – et participe à de nombreuses lectures publiques et festivals poétiques. Elle intervient régulièrement dans les écoles et anime des ateliers d’écriture.
Parmi ses derniers textes parus, Capture, aux éditions Culture et Patrimoine, 2014. Mortels habitants de la terre, L’arbre à paroles, 2016. Le dernier acte des sœurs, La Porte, 2017.

 

Laurent Bourdelas est né en 1962 à Limoges où il enseigne l'histoire et la géographie. Médiéviste de formation, il est devenu un spécialiste de l'histoire littéraire et culturelle. En 2012, son essai L'ivresse des rimes (édité par Philippe Claudel chez Stock), consacré aux poètes du XIXème siècle et au vin, a reçu le Prix Jean Carmet. Revuiste pendant une trentaine d'années, organisateurs d'évènements culturels en Limousin et en Bretagne, il est producteur et chroniqueur littéraire et culturel à la radio depuis 1983. Il est l'auteur chez différents éditeurs de livres de fragments littéraires, romans, essais historiques et de recueils de poésie (Prix Rencontre des Artistes de Bretagne en 2001). Les éditions d'art Ruiz ont publié deux livres d'artiste à partir de ses textes. Il a travaillé avec divers musiciens (Bagad de Port-Louis, collectif Wild Shores ou Alan Stivell) et ses oeuvres ont été adaptées sur scène par Philippe Labonne, Jean-Paul Daniel, Patricia Clément, Albane de Chalain... et lui-même. Depuis plusieurs décennies, il mène en parallèle un travail d'écriture poétique et de photographie, souvent sur les lieux et la mémoire (plusieurs expositions dont, en janvier 2007, Le chant d'Oradour au Palais du Luxembourg). Son oeuvre est régulièrement saluée par la critique (France Culture, Libération, France Inter, etc.) et par d'autres écrivains et poètes: Pierre Bergounioux, Georges-Emmanuel Clancier, Jean Mambrino, Joseph Rouffanche...). Il partage son temps entre le Limousin et la Bretagne, sur la Ria d'Etel.