Dom Juan ou le Festin de pierre - Entretien avec Martine Creissen

UNE SCÉNOGRAPHIE FAITE DE PORCELAINE ET DE TAPISSERIES EN POINT NUMÉRIQUE D'AUBUSSON

 

ENTRETIEN AVEC MARTINE CREISSEN DE L’ENTREPRISE NÉOLICE

Propos recueillis par Eugénie Pastor

Comment avez-vous rencontré Jean Lambert-wild et Stéphane Blanquet?

Notre ami Christian Couty, d’Esprit Porcelaine, nous a proposé une visite de « La Fabrique » usine de porcelaine de St-Brice-sur-Vienne, qui était absolument passionnante. C’est ainsi que nous avons fait la rencontre de Daniel Betoule. Il travaillait de nouveau avec le Théâtre de l’Union, et c’est lui qui a eu l’idée de proposer une collaboration avec notre atelier pour créer des éléments des décors de Dom Juan ou Le Festin de pierre. Cela nous a permis de faire la connaissance de Jean Lambert-wild et de mettre au point cette très belle aventure. Nous avons ensuite rencontré l’artiste Stéphane Blanquet qui s’est montré très intéressé par notre procédé de tissage.

Comment s’est déroulée cette collaboration? 

Nous avons travaillé tant avec le théâtre qu’avec Stéphane Blanquet en parfaite entente, et nous avons réussi à déjouer toutes les difficultés qui se présentaient. Notre procédé permet un échange permanent, même à distance, avec l’artiste qui peut intervenir à tout moment lors de la mise au point. Cela facilite énormément une compréhension mutuelle, et cela nous permet ensuite de tisser dans des délais très brefs. C’est cette capacité de réaction qui est l’atout majeur de la tapisserie numérisée.

Collaborez-vous souvent avec des artistes contemporains?

Nous avons l’habitude de travailler avec des artistes contemporains, et ce depuis plusieurs années. Sur notre page Facebook, vous pouvez voir les noms de Damien Dertoubaix, Françoise Petrovitch, Christian Lacroix, Lucien Murat, Chloé Dugit Gros, Alexandre et Florentine Ovize, Sam Baron, Olga Kisselova.... et bien d’autres. Nous avons eu également le plaisir de travailler pour la marque Loewe lors de son défilé de septembre 2017, à la Fashion Week de Paris, pour lequel le créateur Jonathan William Anderson nous a demandé d’assurer les décors. Encore une fois, comme vous pouvez le voir sur notre page Facebook, nous avons réussi à les réaliser en un temps record.

Et fabriquer une tapisserie pour le théâtre: est-ce quelque chose dont vous vous chargez souvent?

C’est bien la première fois que nous travaillons sur des décors de théâtre et cela nous a beaucoup séduits. Espérons que l’avenir nous apportera de nouveaux challenges de cette sorte !

Avez-vous hâte de voir le spectacle terminé?

Oui, surtout que nous n’avons pas dans notre atelier de hauteur sous plafond nous permettant de voir nos tissages dans leur entièreté. C’est donc avec une double impatience que nous attendons la nouvelle création du Théâtre de l’Union ! J’espère que nous pourrons venir avec nos collaborateurs, sans qui ce travail aurait été impossible.